Astana : L'attaque est une option pour Aru

Astana : L'attaque est une option pour Aru©Media365
A lire aussi

Media365, publié le lundi 17 juillet 2017 à 20h45

Deuxième du classement général, Fabio Aru n'a pas écarté l'idée de passer à l'attaque pour faire la différence avant le contre-la-montre de Marseille.

C'est un Fabio Aru revanchard qui a pris le départ du Tour de France. Revanchard d'avoir manqué sur blessure un 100eme Tour d'Italie parti de chez lui, de sa Sardaigne natale, où il est venu donner le départ de la première étape. C'est avec cette envie que l'Italien a, un temps, pris le maillot jaune avant de se le faire subtiliser sur un moment d'inattention. Mais tout va se jouer dans une dernière semaine marquée par les Alpes, et où Fabio Aru attend du spectacle. « Ce sera une semaine dure, je pense qu'il y aura beaucoup d'attaques et de spectacle car, à part Froome, on est sur le même plan en vue du contre-la-montre, assure le leader de la formation Astana dans des propos recueillis par l'AFP. Donc, Bardet et Uran voudront tenter de gagner du temps sur Froome ou sur moi. »
Aru : « Il faut inventer sur le vélo »
Avec une équipe moins puissante que ses rivales, et surtout affaiblie avec deux abandons notables, Fabio Aru compte tout de même sur ses coéquipiers pour exister dans cette dernière semaine, où tout est possible et où tout devra être tenté. « Pour moi, il faut inventer sur le vélo. On a beau faire toutes les tactiques possibles, c'est dans la course que tu vois si tu as les jambes ou pas, assure le champion d'Italie. Après, c'est sûr que notre équipe a passé des mois difficiles et a perdu des éléments importants dans ce Tour, Dario Cataldo et Jakob Fugslang n'ayant pas pu continuer en raison de fractures. Ce sont des choses qui arrivent mais nous sommes sept et à sept, on donnera le maximum pour arriver à Paris dans la meilleure des positions. »
Aru : « Si les jambes me le permettent, j'essaierai »
Après deux semaines, l'incertitude est totale au classement général avec quatre coureurs en trente secondes, ce qui laisse Fabio Aru dans l'incertitude au point de n'écarter personne dans la course à la victoire. « Actuellement, je pense que le classement général est tellement serré qu'aucun d'entre nous, y compris Froome lui-même, n'est sûr de la victoire ou du podium, ajoute le vainqueur de la Vuelta en 2015. On est trop proches, on l'a vu quand j'ai pris le maillot et quand je l'ai perdu. C'est ce qui est beau dans ce Tour et qui le rend ouvert jusqu'à la fin. » Mais s'il y a une chose sur laquelle il ne doute pas, c'est le fait que les Alpes seront un juge de paix. « Il faudra voir l'arrivée au sommet de jeudi et l'étape du Galibier, où on va atteindre des altitudes qu'on a pas encore atteintes dans ce Tour, résume l'Italien. Je pense que personne ne peut savoir comment cela se passera. De mon côté, ma façon de courir est connue, je ne me suis jamais privé d'essayer, donc c'est sûr que si les jambes me le permettent, j'essaierai. » Et on n'en attendra pas moins de lui.

 
0 commentaire - Astana : L'attaque est une option pour Aru
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]