Ces CLM historiques qui ont chamboulé le podium

Ces CLM historiques qui ont chamboulé le podium©Media365
A lire aussi

Media365, publié le samedi 22 juillet 2017 à 07h55

Le podium n'est jamais assuré tant que la ligne d'arrivée des Champs-Elysées n'est pas passée. Pedro Delgado, Laurent Fignon et Andy Schleck ont tous les trois perdu leur maillot jaune lors du CLM précédant l'étape parisienne de conclusion. Alejandro Valverde a lui été bouté hors du podium.

1987 : Roche, pour un doublé et pour l'Histoire
Stephen Roche vient de s'adjuger le Tour d'Italie lorsqu'il s'aligne au départ du Tour de France 1987. Cette édition semble être des plus indécises, entre la fin de carrière de Bernard Hinault, la méforme de Laurent Fignon et la blessure de Greg LeMond. Le maillot jaune change effectivement régulièrement de propriétaire. Excellent rouleur, le natif de Dublin fait la différence lors d'un contre-la-montre de 38 kilomètres dans les alentours de Dijon et subtilise ainsi le maillot jaune à Pedro Delgado la veille de l'arrivée à Paris, pour quarante secondes seulement. Roche réalise un probant doublé Giro-Tour et reste, à ce jour, le seul Irlandais à avoir remporté la Grande Boucle.

1989 : Fignon, la terrible désillusion
Trois semaines durant, le duel est épique. Sa conclusion est d'un suspense rare. En s'envolant sur le plateau du Vercors, Laurent Fignon pense avoir fait un pas décisif pour la victoire finale. Mais Greg LeMond, son grand rival, ne l'entend pas de cette oreille. Relégué à cinquante secondes du Français avant le chrono final entre Versailles et les Champ-Elysées, l'Américain se dépouille et attend, une fois la ligne d'arrivée franchie, de connaître la performance de son adversaire. Gêné par un furoncle à la selle, Fignon est un peu moins rapide. Au final, le coureur de l'équipe Super U doit céder son maillot jaune pour... huit secondes, soit l'écart le plus faible jamais enregistré entre le vainqueur du Tour et son dauphin. Cruel pour l'Intello...

2011 : Evans coiffe Schleck sur le poteau
L'édition 2011 du Tour de France met un sacré bout de temps avant de délivrer son verdict et de désigner son vainqueur. A vrai dire, tout se joue lors de l'avant-dernière étape, un contre-la-montre de 42,5 kilomètres autour de Grenoble. La veille, Andy Schleck a récupéré le maillot jaune (auparavant porté par Thomas Voeckler), juste récompense pour son audace  en haute montagne. Problème : le Luxembourgeois n'est pas véritablement un rouleur hors-pair. Cadel Evans parvient à en profiter. L'ancien VTTiste termine deuxième du chrono, juste derrière Tony Martin mais surtout nettement devant Schleck, qui perd donc les commandes du classement général.

2014 : Péraud et Pinot s'arrachent pour monter sur le podium
Certes, l'ultime contre-la-montre du Tour 2014 ne chamboule pas tout dans la mesure où Vincenzo Nibali, solide maillot jaune, ne vacille absolument pas de son piédestal. En revanche, la bataille fait rage entre Jean-Christophe Péraud, Thibaut Pinot et Alejandro Valverde, qui ont dans le viseur les deux places restantes sur le podium. Vice-champion olympique de VTT à Pékin, Péraud présente certaines garanties dans cet exercice solitaire et confirme en réalisant un très bon temps à l'arrivée à Périgueux. Pinot, quant à lui, réussit à tenir tête à Valverde. Au bout du rouleau après trois semaines de course, l'Espagnol craque et laisse les deux coureurs français accompagner le Requin de Messine sur la boîte.

 
6 commentaires - Ces CLM historiques qui ont chamboulé le podium
  • Contador a fait voir aujourd'hui qu'il en a encore dans les jambes , 5ème au classement de l'étape et 9 ème au général c'est pas rien ! merci Alberto Contador

  • Tour de France joué d'avance pour Froome car quand on voit le site étapes en ligne, aucune attaque si ce n'est un ou deux gars qui bataillent pendant les neuf dixièmes de l'etape et se font manger dans les dix derniers km sans que personne ne bronche pour attaquer et faire travailler les Sky. De plus lorsque Contador ou un autre que Froome a un problème, pas de ralentissement mais pour le futur leader là, ce n'est pas la même chanson et tout le monde lève le pied pour lui permettre de revenir. Quand on coure et que l'on veut gagner il ne faut pas attendre que ce soit les autres qui durcissent la course. Ce tour n'a rien à voir avec le Giro et la Vuelta si ce n'est le prestige.

  • Pas con le sprint de bonif sur le passage de la ligne ...Pour la victoire finale il manquait quand même Richie

  • hier222 KM derierre les basque dela sky heureseusement il y a les paysages je me demande si ils ont grimper le col marchand plus vite que le centenaire ce tour une honte

  • La dernière étape ne sert à rien (c'est de la com pour les médias et les organisateurs qui sont dopés au fric).

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]