Sky : Froome n'a pas trop forcé avant l'Izoard

Sky : Froome n'a pas trop forcé avant l'Izoard©Panoramic, Media365
A lire aussi

Media365, publié le mercredi 19 juillet 2017 à 18h35

A la veille de la dernière étape de montagne de ce Tour de France, Chris Froome a confié qu'il a limité ses efforts sur la route de Serre-Chevalier. Il confie également sa surprise face à la perte de terrain de Fabio Aru dans la descente.

Attaqué, notamment, par Romain Bardet dans les rampes du Col du Galibier, Chris Froome n'a pas perdu de temps dans la descente vers Serre-Chevalier et reste en jaune à l'issue de la 17eme étape du Tour de France. Le Britannique est revenu sur le scenario de cette étape, marquée par des attaques venant de toutes parts mais avait un plan bien en tête. « Je m'attendais à ce que ce soit une chasse entre les hommes forts du classement général, a assuré le Britannique dans des propos recueillis par Eurosport. J'avais pour mentalité de faire le nécessaire pour suivre mes adversaires sans en faire trop avec l'étape de demain à l'esprit. » Une stratégie défensive qui, selon Chris Froome, n'était pas lié à un moment de faiblesse à l'image de ses difficultés à l'altiport de Peyragudes. « Je suis plus en jambes que dans les Pyrénées, assure le Britannique au micro de France Télévisions. J'ai senti que j'étais bien aujourd'hui (mercredi) et aussi pour demain (jeudi), je pense, parce qu'on a l'arrivée au sommet du Col d'Izoard, qui est très dur. »

L'Izoard provoque de la crainte

La 18eme étape sera, en effet, marquée par une arrivée inédite au sommet du mythique Col d'Izoard. Une montée redoutée et redoutable qui fait dire à Chris Froome que « ce sera sans doute la journée la plus difficile de ce Tour de France ». « On verra demain (jeudi), qui sera le dernier grand combat de ce Tour de France, qui sera compliqué avec le Col d'Izoard, a confié le Britannique. Mais tout reste possible. » Mais la Grande Boucle ne sera définitivement jouée que dans les rues de Marseille, une étape attendue par le Britannique, qui ne la prend pas à la légère. « L'Izoard, c'est la dernière grosse étape de montagne sur ce Tour de France mais le contre-la-montre de Marseille est quelque chose pour lequel j'ai hâte, a assuré le leader du Tour de France. C'est un exercice que je travaille vraiment dur avant le départ du Tour de France. Je suis allé à Marseille, j'ai déjà repéré le tracé et c'est, je pense, un bon parcours pour moi. » A la question de savoir s'il se sentirait en confort avec les écarts actuels au départ du chrono de Marseille, la réponse est cinglante : « Je serai heureux d'avoir ces écarts-là samedi. »

Aru a surpris Froome, contrairement à Bardet et Uran

Cette étape marquée par la montée du Galibier a vu Fabio Aru concéder du temps à Chris Froome, mais aussi à Rigoberto Uran et Romain Bardet qui ont mis l'Italien hors du podium. Une défaillance qui a surpris le maillot jaune. « Rigoberto Uran et Romain Bardet sont les coureurs qui sont les plus près de moi, à 27 secondes, rappelle le leader de la Sky. Je m'attendais à ce que Rigoberto Uran et Romain Bardet soient aux avant-postes dans cette étape mais je ne m'attendais pas à voir Fabio Aru perdre du temps, c'est une vraie surprise. » Une étape durant laquelle il a encore pu compter sur son équipe, longtemps au complet pour mener le peloton à un train d'enfer. « Je dois encore une fois remercier mes coéquipiers car chacun d'entre eux a fait un travail incroyable pour être sûr que je sois en sécurité jusqu'à l'arrivée. Je suis très content de la manière dont la journée s'est passée. » Chris Froome, sur le podium, a eu droit aux félicitations du président de la République Emmanuel Macron, une rencontre qui l'a marqué. « C'est un grand honneur d'être félicité par le président, assure le Britannique. C'est aussi une très bonne chose pour le Tour et le sport qu'il soit venu ici. »

 
3 commentaires - Sky : Froome n'a pas trop forcé avant l'Izoard
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]