Tour de France : Ça chauffe chez Direct Energie !

Tour de France : Ça chauffe chez Direct Energie !©Panoramic, Media365
A lire aussi

Media365, publié le lundi 26 juin 2017 à 16h10

Après l'annonce de la composition de l'équipe Direct Energie pour le prochain Tour de France, Bryan Coquard et Jean-René Bernaudeau se sont répondus via médias interposés.

L'ambiance au sein de l'équipe Direct Energie était morne ce dimanche à l'occasion du championnat de France. La formation vendéenne a roulé pour Adrien Petit au détriment de Bryan Coquard, son sprinteur numéro un, qui a décidé de mettre un terme à sa collaboration avec l'ancienne équipe Europcar à l'issue de la saison. Et cette ambiance est retombée un peu plus suite à l'annonce de la liste des neuf coureurs retenus pour le Tour de France 2017, liste où le nom du « Coq » est absent. Un choix cornélien qui a fait réagir le coureur issu du centre de formation Vendée U et son directeur sportif, qui n'a pas eu que des mots tendres.
Pour Bernaudeau, c'est un « choix sportif »
Dans un entretien accordé au quotidien Le Parisien, Jean-René Bernaudeau justifie son choix de se passer de celui qui est, a priori, son meilleur coureur. « Parce que ce n'est plus le meilleur coureur justement, tonne le patron de l'équipe Direct Energie. Ce n'est qu'un choix sportif. En début de saison, Bryan était très fort et il était logiquement le leader de l'équipe. Mais cela fait plusieurs semaines qu'il ne fait plus rien. » L'incapacité de rivaliser avec Arnaud Démare lors des dernières épreuves et, surtout, lors du championnat de France qui a vu le coureur FDJ s'expliquer avec Nacer Bouhanni pour le maillot bleu-blanc-rouge, a provoqué cette décision. « Sur la Route du Sud ou le Critérium du Dauphiné, il n'a même pas inquiété Arnaud Démare au sprint. Et aux championnats de France ce dimanche, il n'a même pas été capable de rester dans la roue de Démare, ajoute Jean-René Bernaudeau. C'était la consigne qui lui avait été pourtant donnée. A un moment, il faut être objectif et regarder qui est bon et qui ne l'est pas. Leader, c'est comme ministre : ce n'est pas parce qu'on a le titre qu'on le reste tout le temps. »
Coquard ne pense pas avoir commis d'erreur
Quelques heures après cette sortie médiatique de son directeur sportif, Bryan Coquard a répondu dans les colonnes du quotidien Ouest-France. Le vice-champion olympique de l'omnium aux Jeux de Londres en 2012, quand bien même il assure que Jean-René Bernaudeau « a fait les choses dans les règles de l'art », il ne cache pas une certaine rancœur. « Oui, bien sûr que je lui en veux. Je n'ai pas l'impression d'avoir commis une erreur depuis le début de la saison, assure le sprinteur tricolore. Je n'ai rien fait de mal. J'ai tout fait pour être opérationnel depuis le début de la saison. » Pour le « Coq », cette décision vient des conséquences de sa décision de ne pas prolonger avec l'équipe Direct Energie pour 2018 et au-delà. « Depuis mi-mai, quand je lui ai appris que je ne resterai pas, les choses ont commencé à changer. Je pense que l'on ne peut pas faire de grand numéro sur le vélo quand on n'est pas à 100 % dedans, assure Bryan Coquard. Je pensais être plus fort que tout ça. Je pensais que j'allais le surmonter. Mais non. Inconsciemment, ça m'a beaucoup touché mais je ne l'ai jamais montré. J'étais à bout, mon corps était à bout. » Ce conflit larvé au sein de l'équipe Direct Energie va ainsi priver Bryan Coquard d'un dernier Tour de France au sein de l'équipe où il a tout appris. Il va pouvoir se lancer dans les négociations en vue de la saison prochaine, assurant avoir des contacts avec plusieurs équipes, françaises comme étrangères.

 
6 commentaires - Tour de France : Ça chauffe chez Direct Energie !
  • manque de stratégie pour moi chez DE
    Voeckler est trop personnel il n'y a pas de cohésion d'équipe
    Voeckler se montre un peu puis se remet au chaud dans le groupe
    Je n'ai pas vu une équipe dans le coup

  • Vu ce qu'il a montré les années passées et aussi depuis le début de saison Coquard n'est pas capable de rivaliser avec les meilleurs sprinters et il n'a aucune chance de gagner sur le tour . Le choix de Bernaudeau n'est certainement pas dicté par les seuls critères sportifs mais les performances du coureur dans les grandes courses lui donnent raison . Avec des baroudeurs comme Calmejane il a autant de chance de gagner une étape et l'équipe libérée de la charge que représente la protection d'un sprinter aura d'autres opportunités et même A Petit qui est assez rapide pourrait profiter de cette "liberté " retrouvée .

  • Bien qu'il ait décidé de quitter l'équipe, Bernaudeau se prive d'une potentielle victoire d'étape!!!

  • Quand on voit comment cette équipe à couru fallait pas attendre à autre chose que de perdre cette course, ils ont uniquement fait du cinéma ,mais n'avait pas le coffre pour lutter avec la FDJ ? eux ont fait vraiment la course pour gagner VOECKLER avec ses grimaces n'a pas avancé plus vite et Chavanel coure comme un débutant Jean René a du souci à se faire pour le tour avec ses clowns

  • Il a parlé, bien trop tot. Il s'en va.... pas de cadeau...!!!
    Mais, "chauffer chez Direct-energie, enfin c'est normal... c'est un distributeur d'electricité!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]